Vala « La Déesse Mère »

Elle est la mère originelle de tous les dieux et de toute vie sur Samalg qu’elle a elle-même créée.

Elle est l’incarnation de la fécondité, de la féminité, de la spiritualité, de la maternité et de l’épouse.

Vala est naturellement généreuse et protectrice.

À l’aube des temps, elle a versé des larmes de joie sur le grand arbre Xejumoh depuis les cieux, le transformant et lui donnant la possibilité de se mouvoir. Ensemble ils donnèrent naissance à d’autres divinités et aux différents peuples sur Samalg.

LIRE AUSSI : Cosmogonie de Samalg


Xejumoh « Le Cornu Sacré »

Xejumoh avait prit racine sur l’île du Grand Lac Embrumé d’Ewynn. Et lorsque Vala versa des larmes sur lui, il se transforma en une créature ayant le buste d’un homme et le corps et la tête d’un cerf.

Les bois « arbre » qu’il porte changent d’apparence en fonction des saisons dont il est à l’origine puisqu’il est le dieu du renouveau et des cycles. 

Galant et généreux, il est l’époux de Vala avec qui eut plusieurs enfants et donna vie aux différents peuples vivant sur Samalg. Il créa celui des Xejéciens plus ou moins à son image.

Xejumoh est souvent entouré d’animaux et porte sur ses épaules un serpent à tête de bélier. 


Xodar « Le Lumineux »

Parèdre de Cécilia, Xodar est l’une des principales divinités.

Il joue un rôle essentiel dans le mouvement de Radox ; il est la cause de son lever et de son coucher. Il amène la lumière, la belle saison et la vie.

Il accompagne les âmes vers Oskia, le royaume des morts, comme il accompagne Radox dans les crépuscules marquant ses passages entre l’obscurité et la lumière.

Xodar se tient sur un cheval or et blanc ailé sur lequel il parcourt les cieux. Lorsqu’il est furieux, Xodar assombrit le ciel et fait gronder le tonnerre.


Céclia – « L’Étincelante »

Comme son nom l’indique, Céclia incarne la lumière céclite et guide les voyageurs de nuit. Tout comme Xodar, son parèdre, elle parcourt les cieux sur un cheval ailé aux couleurs bleutées et argentées. 

Contrairement à Falg, avec qui elle ne s’entend pas, Céclia ne supporte pas la violence et la guerre.

Un jour elle se disputa avec ce dernier à propos des Doloïks chez qui une énième bataille venait d’éclater entre deux de leurs tribus. 

Furieuse contre ce peuple et Falg jubilant devant cette nouvelle vague de barbarie, Céclia désigna les Doloïks comme des primitifs au comportement bestial. Et pour les punir et les rendre plus dociles, elle transforma les hommes en bouc et les femmes en chèvre.


Guzénos – « Le Dispensateur Souriant »

Parèdre de Vabsena, Guzénos est honoré par les bûcherons, les brasseurs, les tonneliers.

Il est une divinité champêtre, pastoral, protecteur des récoltes et des troupeaux.

Également considéré comme le dieu de la bière, Guzénos n’est pas seulement apprécié parce qu’il est dispensateur d’aliments, il l’est aussi pour sa bonne humeur et son sourire contagieux. Guzénos est tout simplement synonyme de joie et de bonheur. 


Vabsena – « La Sauvage »

Déesse de la nature nourricière des forêts et de la chasse, elle est la parèdre de Guzénos. Contrairement à celui-ci, Vabsena est une divinité plutôt farouche, tel que l’esprit de la nature, elle est indomptable et peut n’en faire qu’à sa tête.

Elle chevauche un sanglier parcourant ainsi inlassablement les sylves d’Ewynn donc elle est également la grande gardienne.


Fonise – « La Bieveillante »

Déesses des sources et des rivières, elle a le pouvoir de guérison. On dit qu’elle a la faculté de visiter le pèlerin en rêve et de le guérir, elle l’inviterait à se baigner dans l’eau de la source.

Elle indiqua au peuple Doloïk que la pierre céclite se trouvant au fond du Grand Lac Embrumé d’Ewynn pourrait les aider à mieux canaliser leur tempérament dévastateur.

Elle est décrite comme douce et bienveillante. Fonise est la parèdre de Maexo.


Moexo – « L’Insaisissable »

Moexo est le dieu l’océan et a le même tempérament que Vabsena. Il est le parèdre de Fonise.


Falg – « Le Belliqueux »

Falg est le dieu des guerriers, de la jeunesse et de la violence. Il est apaisé par le sang des victimes sur le champs de bataille. Redouté par tous, il est surtout vénéré des guerriers qui le prient avant chaque bataille. Il est le parèdre d’Aydwin.

Après une dispute avec la déesse Céclia qui avait transformé les Doloïks en bouc afin de les punir de leurs batailles incessantes entre tribus, Falg les métamorphosa en vilaines créatures humanoïdes poilues avec une tête mi loup, mi bouc.

Aussi il décupla non seulement leur force, mais également leur férocité qui devenait hors de contrôle durant les nuits de pleine céclite : une réponse provocante à la déesse de l’astre.


Aydwin – « La Sage »

Aydwin est la déesse de la magie. Elle a le pouvoir de paralyser ses ennemis par la puissance de sa parole. Elle est l’inventrice de l’écriture Aossi et la gardienne des secrets d’Ewynn.

Elle est également celle qui juge les mort décidant de la réincarnation qu’ils méritent ou mieux, s’ils méritent de vivre éternellement dans le territoire d’Oskia, le royaume des morts où moult fruits sont éternellement en abondance. 

Elle est la parèdre de Falg.